Promenades scientifiques

Festival 2021

Tous les week-ends, du 29 mai au 27 juin

Inscription gratuite obligatoire

parcours des sciences Paris 5e ACJC ACO AFAC Région Ile-de-France Ville de Paris Groupe histoire de la chimie

Programme par thème

Tous les weekends, du 29 mai au 27 juin, Parcours des Sciences et ses partenaires vous emmènent muser dans les rues de Paris ou sur le campus de l'université à Orsay.

La recherche scientifique a ses propres paysages, ses hauts lieux, ses mécènes bâtisseurs, ses architectes et ses artistes. Partez avec nos passeurs d'histoire sur les traces de ces grandes aventures, et découvrir leurs liens avec la recherche actuelle.

RANDONNÉES CHIMIQUES

par le Groupe d’histoire de la chimie

6 / 12 / 23 : De l'Arsenal au Collège de France. En circulant autour du jardin des Plantes, de Lavoisier à Becquerel en passant par Berthelot et Gay-Lussac.

8 / 13 / 24 : En passant par la Monnaie de Paris. De la rue St André des arts à la Sorbonne, avec Nicolas Lémery, Charles Friedel, Berthollet, Wurtz et tant d'autres, déambulons dans le Quartier latin pour découvrir les facettes connues et méconnues de la chimie à Paris.

SUR LA PISTE DES ACCÉLÉRATEURS

par l’association Sciences ACO

14 / 22 / 25 : Un accélérateur de particules, monument historique. Suivez le guide dans les pas des Joliot-Curie, sur le campus d’Orsay de l'Université Paris-Saclay. Fondé dans les années 1950, le site expose aujourd'hui les témoins d'une aventure scientifique unique, celle des accélérateurs de particules. Vous verrez ACO, pionnier parmi les pionniers, et protégé au titre des Monuments historiques.

BALADES MATHÉMATIQUES

par l’association pour la formation et l’animation culturelle

5 / 21 : Les mathématiciens du Père-Lachaise. Ici, seront évoqués les parcours sociaux, politiques et scientifiques de Monge, Laplace, Fourier ou Terquem. Il s’agira de s’interroger sur les conditions de la production des connaissances et sur les connaissances elles-mêmes à une époque donnée.

11 / 17 : Les mathématiciens du Montparnasse. Ici, seront évoqués les parcours sociaux, politiques et scientifiques de Liouville, de Galois, de Le Verrier, et de Poincaré. Il s’agira de s’interroger sur les conditions de la production des connaissances et sur les connaissances elles-mêmes à une époque donnée

PROMENADES EN HISTOIRE DES SCIENCES

par l’association Parcours des sciences

1 / 2 / 7 / 20 : Le Quartier latin de Marie Curie. Dans les pas de l’étudiante Maria Skłodowska, découvrez la trace du hangar où, avec son mari Pierre Curie, elle découvre le radium et le polonium. Il sera aussi question d’étudiants étrangers, d’anarchistes et de chimie, de Zola et d’idéalisme, d’académiciens et de mécènes et, un peu de radioactivité !

9 / 19 : Des cristaux sur la Montagne. Après un rappel des débuts de la cristallographie dans le Quartier latin, l’apport majeur de Pasteur est évoqué à l’École normale. À l’étape suivante, l’Ecole supérieure de physique et chimie industrielles, les travaux de Pierre Curie et de Langevin sont à l’honneur. Enfin, sur le campus Curie, retour sur les recherches du Laboratoire de chimie physique dirigé par Yvette Cauchois et leurs débouchés actuels au synchrotron.

3 / 15 : Le Campus Curie. En 1900, rien ne laissait présager que le jardin des Dames de Saint-Michel se transformerait rapidement en une « cité scientifique », grâce au mécénat. Découvrez l’histoire de cette transformation marquée aujourd’hui par le projet de Maison Poincaré qui s’ouvrira en 2023 ;

18 : Autour de la rue d’Ulm, un quartier scientifique. Sur les traces des Curie, de Pasteur, de Perrin et d’autres scientifiques, cette promenade évoque l’histoire de l’implantation des écoles puis celle des laboratoires de recherche en un siècle. Le campus Curie, permettra d’évoquer le contexte d’émergence d’une communauté professionnelle sur un site créé pour elle.

4 / 10 / 16 / 26 : De Maria Skłodowska à Marie Curie. De la rue des Feuillantines à la place Jussieu, retour sur la vie scientifique et personnelle de Marie Curie. Nous terminerons par la visite exceptionnelle du pavillon Curie, rue Cuvier, où furent effectués les travaux qui lui valurent son second prix Nobel. En partenariat avec l’Institut de physique du globe de Paris.